Dossier Santé Mentale

Le concept de santé mentale se greffe sur trois vecteurs essentiels, le biologique, le psychologique et l’environnement.

La santé mentale est influencée par les conditions de vie, les valeurs collectives et les valeurs individuelles. Elle est donc à la fois une responsabilité collective et individuelle. Par conséquent, elle joue un rôle essentiel dans la qualité de vie des individus, des familles, des communautés et des Nations.

 

Un contexte garantissant le respect et la protection des droits civils, politiques, socio-économiques et culturels fondamentaux est indispensable afin de promouvoir la santé mentale au Liban. Sans la sécurité et la liberté protégées par ces droits, il est très difficile de maintenir une bonne santé mentale.

 

Dans un pays comme le Liban, exposé pendant longtemps à de nombreuses adversités, la politique nationale de la santé mentale ne devrait pas limiter son champ d’action aux troubles mentaux. Il faudrait aussi qu’elle reconnaisse et prenne en compte l’intégration et la promotion de la santé mentale dans les politiques et les programmes publics et gouvernementaux, au niveau du secteur de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de la justice, des  transports,  de l’environnement, du logement et de la protection sociale.

 

Dans le cadre de cette intersection, nous soumettons à votre attention, les points suivants :

 

1- Introduire au sein des écoles des programmes adaptés qui sensibiliseraient les jeunes, enfants et adolescents aux concepts et principes d'affirmation de soi, l’apprentissage de la résolution de problèmes, la dénonciation du harcèlement scolaire et de la stigmatisation des minorités, et la sensibilisation à la justice sociale.

 

But: Diminuer la propension à la violence, encourager des attitudes constructives, prévenir la stagnation et la procrastination, travailler sur la résolution de problèmes et édifier les fondations de la résilience.

 

2- Introduire dans les processus de négociations et de médiations politiques locales, des experts de la communication, qui formeraient les responsables à mener cette tâche. La résolution des conflits et leur négociation au cours d'un dialogue national devrait être  préparés à l’avance. Un Dialogue doit tenir compte des écueils comme la colère, les mémoires traumatiques, les hostilités de l’histoire. S’'il n'y a pas « volonté de faire », l'action restera amputée.

Explorer et créer les éléments  fédérateurs qui pourraient regrouper une communauté pour  rétablir le lien nécessaire à toute cohésion sociale durable et saine.

 

But: Proposer  des moyens de communications efficaces et adaptés, susceptibles de maintenir le dialogue et d'aboutir à des terrains d'entente qui respectent les individualités tout en engageant les personnes concernées  dans des projets d’intérêts communs.

 

3- Travailler en partenariat avec des associations dédiées à la dissémination de l’information en santé mentale, à la recherche, aux publications et au service de la communauté afin de promouvoir une meilleure santé mentale au Liban. Souligner son importance au sein des différentes composantes et structures de la société. En effet, la santé mentale relève aussi des attitudes, des modes de penser et du tissu social. Elle intervient dans le développement d’une nation, dans la construction de la citoyenneté et dans la construction d’une paix sociale. Il s’agit de développer une vision, une culture, une pensée constructive et des actions pro-sociales.

 

But: Disséminer l'information scientifique et la mettre au service de la société pour favoriser l'apprentissage des ressources sociétales par des moyens vifs, sensoriels et influents. Instaurer la santé mentale comme étant une composante intrinsèque de la santé qui constitue le fondement de nos décisions, de nos choix et surtout de notre liberté.

 

4- Travailler en collaboration avec les médias dans le but de sensibiliser l’audience à des thèmes comme la prévention de la violence, le respect des différences et la justice sociale.

 

5- Travailler auprès des assurances qui couvrent la santé dans les différents secteurs médicaux, pour les convaincre de l’importance de couvrir aussi bien, les soins en santé mentale.

 

But: Permettre à un plus grand nombre de personnes d'accéder et de bénéficier des soins psychiatriques et psychologiques.

 

6- Travailler en faveur de l'autonomie socio-économique des femmes, en facilitant davantage leur accès à l’éducation.

 

7- Mise en place d’un dispositif structuré d’accompagnement social des personnes âgées, visant à favoriser les contacts amicaux, les occupations adaptées, au travers des centres communautaires de jour.

 

8- Programmer des interventions psychosociales à l’intention des groupes vulnérables, notamment les minorités, les populations autochtones, les migrants et les victimes de conflits et de catastrophes.

 

 

Notre phare : Vers une cité pluraliste, solidaire, disciplinée, ouverte et saine.

 

Il est donc prévu dans nos projets, de sensibiliser l’opinion publique et les instances responsables aux points mentionnés ci-dessus, afin de donner à la santé mentale son importance et sa fonction au sein de la société. La santé mentale ne s'impose pas uniquement au niveau des soins et de l'aménagement des difficultés psychiatriques et psychologiques mais aussi et surtout, elle sert à consolider des attitudes en faveur du dialogue, de la citoyenneté, de la liberté, du respect de la pluralité, de la justice sociale, de l’engagement pro-social et de la Nation.

 

Par Dr Aimée Nasser Karam,

pour "LaTroisième Voix pour le Liban"

 

 

 

Facebook Group page: 

facebook.com/groups/La3emvoix/

 

Facebook Fan page: 

https://www.facebook.com/3VLebanon

 

 

 @3VLebanon

https://twitter.com/3VLebanon

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© La Troisième Voix pour le Liban - 2017 - Tous droits réservés